Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les passions de Carole Leuwe

Les passions de Carole Leuwe

Voyageons ensemble dans mes passions afin de découvrir de belles choses. #Cameroun #Promotion #Divertissements #Voyage Mes passions.....je les partage avec vous!

HONORE : UN SOURIRE POUR LA VIE !

 

Honoré aujourd’hui, âgé de 11 ans fait ses premiers pas au collège. Après un long combat de maladie, le serrer chaque soir dans mes bras avant qu’il ne se rendorme me procure  toujours autant de plaisir. Il est plus qu’un enfant, il est toute une vie !

 

 

Etudiante à l’université de Dschang, Anne était l’exemple même de la fille studieuse. Deuxième année sociologie, elle était la préférée de ses enseignants, sortant très peu, elle se consacrait entièrement à ses études. Comme on le dit ici chez nous, elle se ‘préservait’ pour son futur époux. Rare de nos jours !

Tout allait bien jusqu’au jour où son chemin croisa celui d’Adrien, beau, élégant, séduisant, intelligent et gentil, bref le mec parfait et en plus, il était étudiant en maîtrise en science naturelle.

Il était l’Homme, celui dont elle avait toujours rêvé, celui dont elle crût être le bon ! Seulement, le passé de ce dernier n’était pas aussi clair qu’il voulait nous le faire croire et encore moins nous faire penser. Leur relation dura cinq mois – intense, dense, plein d’ambiance et de jouvence. Cinq mois inoubliable pour Anne. Même étant donné que c’était la première relation d’Anne, et qu’elle ne savait pas vraiment s’y prendre. Quelque temps après, elle tomba enceinte. Adrien mis au courant de la situation l’abandonna afin de pourvoir continuer ses études sans être dérangé. Quelle ingratitude ! Ne sachant pas trop comment faire, elle tenta un avortement qui échoua. Elle finit par décider de garder donc cet enfant qui refusa de la quitter.

Malheureusement pour Anne, sa grossesse fût pénible et plein de complications, résultante de son avortement échoué. Elle souffrit beaucoup, mais garda courage. Elle avait arrêté les cours depuis fort longtemps, au désarroi de ces parents qui avaient mis le paquet pour qu’elle reçoive la meilleure éducation possible. Ceci avenant, elle devînt la risée de tous. Elle s’en moqua c’est vrai, mais avec un pincement au cœur, elle se sentit coupable au plus profond d’elle-même, car elle était abandonnée par tous enfin…..presque tous puisque j’étais là ! Anne était  devenue malingre, elle perdit l’appétit et était tout le temps couchée. Elle ne faisait même plus la vaisselle. Il y a des moments où j’aurais tout donné pour qu’elle me fasse part de ses pensés. Je priai dans mon fort intérieur pour qu’elle n’essaie pas de se supprimer pendant cette période, qu’elle n’essaie même pas d’y penser. !

Tout fût prêt, afin presque tout, pour cet individu innocent et fragile. Dieu ne laisse jamais personne ! je puis vous dire que c’est vrai. Je ne peux pas vous dire comment nous avions fait pour survivre et préparer la venue du bébé en même temps que trouver l’argent pour les visites médicales qui ne nous demandaient pas moins de cinquante mille francs CFA en moyenne par mois . Au huitième mois, elle fût internée dans un hôpital de la ville. Le 20 mai 2000, elle mît au monde un prématuré qu’elle prénomma Honoré, car il avait honoré de sa présence le jour de l’unité nationale, quelle triste ironie du sort pourtant !

Seulement trois mois plus tard, elle mourut ! Les parents choqués, restèrent indifférents à cet enfant qui ne demanda pas à vivre, pire encore, Adrien ne dédaigna même pas se présenter le jour de l’enterrement, pourtant la nouvelle lui était bien et bel parvenue. Après les obsèques d’Anne, ses parents délaissèrent l’enfant dont ils n’étaient même pas venu voir et ce malgré le fait qu’il fût prématuré. Pour eux, cet enfant n’était nullement le bienvenu et de surcroit un bâtard !leur premier petit fils un bâtard ?non, trop dure la pilule à avaler !

La défunte ayant pressentit le triste sort que pourrait vivre Honoré si elle n’était plus là, me recommanda dans ces dernières volontés de m’occuper de lui comme mon propre fils.

Chose que je fis et que je fais jusqu’à nos jours onze ans plus tard. Aujourd’hui encore je pleure Anne, mais a travers les yeux d’Honoré, je la vois tout en blanc comme un ange, toute souriante et heureuse de le voir si éveillé.

Cependant, depuis le décès de sa mère, un secret me pèse tant !un ,trop lourd à garder pour moi toute seule. Anne était séropositive et elle est morte du Sida. En fait, elle avait été contaminée par Adrien et c’est pendant les visites médicales durant sa grossesse qu’elle a été diagnostiquée porteuse du virus ! Quant à ce dernier nous ne savons pas s’il est déjà au courant de sa situation. Une attention toute particulière devait lui être accordée avec son statut sérologique. Et comme si cela ne suffisait pas, Honoré  fut néanmoins contaminé pendant la grossesse.

 Dieu merci, il est suivi dans un centre de santé et se porte bien. Régulièrement nous faisons nos visites médicales. Heureusement que les antis rétroviraux ne coutent plus aussi chers que pendant sa naissance. Tous les mois, il se plait à aller au centre de santé.

Honoré en ce jour est un bout de choux qui à la rage de vivre, curieux, vif et éveillé, il est un séropositif émancipé et dans sa peau surtout pour son jeune âge. Ensemble nous  combattrons et vaincrons cette maladie. Honoré a eu beaucoup de chance d’autres n’ont pas eu autant et sont pour la plupart décédés, non seulement de cette maladie mais surtout d’abandon, de négligence et surtout de stigmatisation.

Qu’est devenu Adrien ? Ne m’en parlé pas ! Je n’ai plus de ses nouvelles depuis bien longtemps. Une fois en discutant avec des amis j’appris qu’il était au Gabon afin de finir sa thèse. Ma plus grande prière c’est de voir les parents d’Anne pardonner leur fille. Ne disons nous pas souvent ‘que ce qui est fait est fait ?’ j’ai donné une chance a Honoré pourquoi pas eux ?

Anne peut être ta sœur, ta voisine, ton amie, ta cousine ou une simple passante.

Honoré peut être ton frère, ton voisin, ton ami, ton cousin.

Adrien repend le mal autour de lui et peut être même sans s’en rendre compte jusqu’à nos jours.

 

Moi j’ai fait mon test et je suis séronégative. Je donne la chance à tous les séropositifs- à pourvoir a une vie meilleure- à vivre une vie meilleure- à aspirer a une vie meilleure.

Ne laissons pas ces malades a eux-mêmes, ils ont besoin de nous, rendons leur la vie plus facile en partageant tout ce que nous avons et tout ce que nous pouvons, ainsi nous améliorons leur vie qui n’est pas du tout rose afin de leur apporter ……un sourire !!!

Un sourire pour la vie !

 Carole Leuwé Dschang 2001

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article